MatériauxRosaceBarrageEclissesAssemblageMancheEtapes finales En savoir plus...
Le barrage Le barrage allégé Des bois pour le corps
La table d'harmonie Le cèdre Au cœur des fibres
La fixation du manche Les frettes Le bois de touche
Le chevalet Le chevalet asymétrique Le piézo

Guitares & Claviers n° 185

coupe - 9 koLe visiteur qui, lors d'un salon de musique, a la curiosité de s'arrêter sur le stand d'un négociant en bois de lutherie, ne manque pas d'être étonné devant les différents niveaux de qualité pour une même essence. Un même tronc de palissandre de Rio par exemple peut être décliné en quatre catégories avec des prix variant du simple au quadruple. Ces classifications s'expliquent évidemment par l'aspect esthétique mais le facteur déterminant et de très loin, reste la qualité de la coupe de l'arbre. Les bois de tout premier choix répondent à l'exigence suprême du fabricant consciencieux : la coupe sur quartier ! D'une grande importance pour le choix d'un dos ou d'une éclisse, elle est absolument vitale pour celui d'une table d'harmonie. Une table débitée sur quartier présente des lignes de croissance totalement verticales par rapport au plan de table. Outre une grande stabilité hygrométrique qui diminue les risques de fentes, la rigidité est maximale permettant ainsi de l'affiner sans en altérer les caractéristiques mécaniques.

La même table qui aurait été débitée "sur dosse", c'est-à-dire avec des fibres présentant un angle de 45° au moins, serait extrêmement souple, imposant du même coup une forte épaisseur et des barrages hauts et nerveux pour éviter l'affaissement. En quoi consiste donc cette coupe dite "sur quartier" ? Notre épicéa va être ramené de la forêt après avoir été découpé en troncs de quatre à six mètres de long. Ces derniers sont tronçonnés en morceaux de 80 cm puis sciés en quatre, longitudinalement (voir dessin). Les quartiers ainsi obtenus vont ensuite être fendus à la hache en suivant le fil du bois préservant ainsi l'intégralité des fibres. Il va de soi que cette méthode de découpe est très artisanale et répond aux exigences spécifiques des luthiers. Elle demande une grande habileté et son manque de rentabilité qui est complètement à contre courant des méthodes actuelles. Après cette promenade en forêt, deux petits conseils pour reconnaître une belle table d'harmonie, ces dernières étant rarement estampillées... D'abord examiner attentivement la tranche de la table par la bouche de la guitare : les lignes de croissance doivent être bien verticales, gage d'une bonne rigidité. Rechercher ensuite les tables très maillées, c'est-à-dire qui présentent des sortes de petites ondes semblables à celles d'un érable (ondé !) : ce sont les rayons médullaires aux reflets soyeux garants d'une table débitée à la perfection ! Evidemment on ne parle là que des tables massives et cela ne concerne que des instruments de qualité dont le reste de la fabrication est à l'avenant.

Accueil - Modèles - Atelier - Presse - Interview - Album - Gros plans - Contact - Tarif